Combien de temps faut-il pour avoir un résultat avec la phytothérapie ?

Cette question est toujours posée lors de la première consultation car les patients ont souvent cheminé longuement de médecin en médecin et d’examen en examen avant d’arriver vers moi.

Ils sont psychologiquement épuisés et très impatients d’essayer un traitement par les plantes et les oligo-éléments et encore plus d’avoir un résultat.

Le plus souvent l’amélioration commence doucement dès le premier mois pour être très nette après 3 ou 4 mois de traitement.

Parfois, il arrive qu’il y ait une légère aggravation des troubles pendant les premières semaines mais cela ne doit pas rebuter le patient qui doit insister et éventuellement modifier le traitement sur mes indications. D’autres fois, et c’est le plus fréquent, l’amélioration est progressive sur quelques semaines et petit à petit les troubles disparaissent ou diminuent énormément les uns après les autres.

Enfin, il est des cas (rares) où en 4 semaines la quasi-totalité des troubles disparait après avoir « empoisonné » la vie des patients pendant plusieurs années. J’ai sous les yeux le dossier de Mme P. Sabrina âgée de 32 ans, aide-soignante, qui depuis 5 ans, présente un tableau quasi complet de spasmophilie :

  • Fatigue intense le matin
  • Coups de pompe
  • Malaises
  • Fourmillement des extrémités
  • Angoisse
  • Gorge serrée
  • Emotivité
  • Réveils nocturnes
  • Douleur de la colonne vertébrale
  • Sensation de tremblements intérieurs
  • Palpitation
  • Oppression thoracique
  • Sensations de vertige
  • Sensations de flou visuel
  • Crampes musculaires
  • Contractures des muscles des mâchoires
  • Tressautements musculaires

Le traitement a été commencé le 3 janvier 2017 et à la consultation du 1er février 2017, la totalité des troubles a disparu sauf quelques sensations vertigineuses.

Une amélioration aussi rapide des troubles est rare mais pas exceptionnelle et de toute façon ne signifie pas que la spasmophilie ait disparu pour cette dame.

En effet, dans tous les cas, que l’amélioration soit ultra rapide ou plus lente, je conseille de poursuivre un traitement approprié pendant au moins 18 mois de façon à rétablir durablement l’équilibre du système nerveux sympathique.

L’expérience m’a prouvé que si le traitement est interrompu rapidement après l’amélioration des troubles il y avait très fréquemment une rechute avec réapparition des troubles dans les semaines qui suivent.

Pendant la durée du traitement il convient de voir le patient tous les mois jusqu’à une amélioration appréciable puis tous les 2 ou 3 mois pendant le temps nécessaire à la stabilisation des résultats.

La répétition des consultations permet d’adapter le traitement au fur et à mesure de l’évolution des troubles.

En conclusion, je dirai qu’un spasmophile qui n’a plus de troubles est comme s’il n’était pas spasmophile alors qu’il est toujours à la merci d’un retour des troubles même très longtemps après en réaction à une cause déclenchante.

Docteur Jean-Claude Houdret